Théâtre de la pauvraille

Une part bien plus grande de mon être appartient à mes enfants
Qu’une part d’eux n’est à moi.

Voilà pourquoi je n’exige rien à partir de leur âge et me réjouis déjà
Si j’ai montré un exemple qu’ils puissent aussi faire à mon gré,
Leur propriété, avec ce qu’ils auront choisi de leur chef.

Je dis cela dans l’infirmité de l’instant,
Toujours imparfait du présent contenant sa disparition,
Echappant du souvenir comme le trait de fumée par la fenêtre
Monte droit dans le soir immobile.

Je n’ai pas à réfléchir à ce que je laisse sur terre,
Je n’ai que des dettes envers ma descendance.

Crédit image : inconnu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s