Décolonisation

Et l’on fut sur les routes par les moyens de la débâcle
Laissant les choses inutiles et précieuses
Traversant les lieux dits, portant les ustensiles
Emportant les bruits et les odeurs.

Et on se retrouva de fond en comble sur la mer
Les partants, les perdants,
Revenant à de nouvelles sensations,
L’exode et les départs.

Et l’on se cacha derrière le sable parmi nos méprisés
Car eux aussi avaient des armes
Et ils partaient du désert
Où se trouvait le pays.

Et l’on revint aux endroits de notre naissance
Remettant les pierres sur les pierres
Des maisons à moitié vides, dans les villes détruites
Où l’exemple avait été donné à un continent.

Crédit image : Axel Aurejac

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s