Souvenir de toi

Ayant posé les inquiétudes comme sur le trampoline d’un navire,
Dont le poids ferait rompre les mailles, et qu’elles fussent emportées par le fond,
Avec les corps qu’elles tourmentaient et qui voyageaient ensemble,
Je m’occupais à me nourrir : vivre est un roi qui distrait ses bouffons.
A la barre, quand j’arrive à notre maison, où se succèdent depuis nous
De nouveaux propriétaires, je m’aperçois : je n’ai plus souvenir de toi.

Crédit image : Lartigue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s