Le gravier

Nous voulions faire de la tyrannie des petites choses
Notre point d’appui, et ne plus partir de grandes théories
Ayant l’intention de sans cesse revenir grandis à notre point de départ ;
Nous souhaitions ainsi réitérer l’essentiel, répéter de chaque manière un seul mot :
Oui dans la chaussure comme un gravier, oui dans la voix tel un sanglot.

Nous faisions de notre faculté d’ennui un chemin parmi les mots,
Et par cette façon sévère et simple de gagner notre pain,
Comprenions pourquoi il y avait en nous des volontés qui s’évanouissent,
Mais dont l’intention était de durer au delà de nos vies.
Voilà qui nous étions tout à fait,

Quand il y eut sous nos pieds des graviers,
Quand il y eut dans nos poches ces graviers,
Que nous ramassions un à un, voilà qui nous étions enfin
Quand nous n’avions plus que l’envie
Que les choses fussent menues,
Qu’elles s’ajoutent et acquiescent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s