Les fêtes que nous n’avons pas eues

La route me remontera par la bouche, on verra le serpent disant je,
Et ta liberté disant je. Vous que j’adore je serai chez vous dans l’heure,
Car j’étais hier tel une table laissée en état le soir du shabbat
Et que l’on trouve incongrue au matin, portant ses artefacts.
Mais j’ai défié pour vous les créatures qui dormaient dans mon coeur
Et je serai têtu dans les courbes et les pentes nécessaires,
Les anges des limites sortiront de leurs tombeaux de vertu,
Et nous vivrons à deux les fêtes que nous n’avons pas eues.

Crédit image : Haaretz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s