La porcherie de l’avenir

On nous a retiré des choses douces comme le désaccord,
Et lorsque l’homme au visage de cochon est apparu,
La société est devenue prophétique et invivable,
Incapable de se convaincre de son utilité.

L’année encore était dépouillée de son Printemps,
Durant l’Eté on vociférait plutôt que de se plaire, l’éternelle réponse
De l’aristocratie au malheur du pays, la charité,
Donnait envie d’allumer des brasiers.

Il y eut une controverse selon qu’on croyait au prophète
Ou à un loup caché dans le ciel, mais on constata
Partout la présence d’excréments de cochon,
Fermant le ban sur la nature de l’animal.

L’endroit que j’aimais exista pendant quelques générations,
J’ignore pourquoi je ne peux plus y vivre.
Voilà une prophétie venue d’Europe : j’ai entendu
Que le lieu était court, placé face à la porcherie des jours à venir.

Il y a trop de livres à lire et donc il faut s’arrêter de lire,
Même si l’on sait que parmi ces agencements
Se trouve la clé de nos tourments ; il faut cesser et rester
Incarcérés dans le raisonnable, marchant tout droit.

Crédit image : Katrien de Blauwer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s