L’acte d’observation

Ai-je laissé une marque sur ta peau
Quand dans le vacarme, j’en profitais
Pour dire non sans que tu ne l’entendes.

Dans le silence qui suivait tu disais
Oui ! oui ! et oui encore !
Et je te blessais de conditionnel.

Tu fis la charité d’être sourde pour un temps,
J’avais l’habitude d’années inattentives
Et laissais filer les moments.

Quel amour vaut donc d’être incertain
Abandonnant les corps alanguis
Dans leur sang de peut-être ?

C’est celui qui espère pour les hommes
Qu’on reverra passer au bras
Quelque vingt ans plus tard.

Crédit image : José Pedro Cortes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s