Comme une ville avec sa loi

Je redoute de nommer les mots usés,
Frère premier, frère absent, et frère sombre
Qui se tait au son de la bataille, qui dit comment
Il n’y avait pas moyen de regarder ailleurs,
Puisque tous s’agenouillaient se sentant coupables,
Leurs pensées spécifiques au péché qui
Se figeaient en longues minutes de silence.

Et la parole des amis fut en ce temps
Comme une ville avec sa loi, disant “tais toi !”
En insistant. A cette époque riche et inquiète,
Puis hypocrite et inégale, vieillir c’est n’avoir plus
Le temps d’avoir raison, ayant sans cesse tort face
Aux idées nouvelles qui diront leurs limitations
Sur les ruines de nos conversations actuelles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s