L’impossibilité de s’entendre sur l’accessoire

ET-GUT1WoAA-aX1.jpeg

La misère intellectuelle de nos jours prend la forme d’une illusion de savoir nourrie à deux sources, la communication et l’avalanche.

Les efforts démesurés de présentation qui furent commencés dans le commerce suivirent le silence des choses cachées dans la guerre. Dès les années 60, on fait du marketing pour attirer les votes. En regard de cette manière, le public d’abord accepte la nouveauté d’un discours qui simplifie la vie. Des hommes nouveaux apparaissent, moins capables d’Histoire, vendant à leurs ouailles une protection addictive contre le tragique des faits.

Encore cinquante ans s’écoulent, et désorienté par une baisse générale du niveau d’éducation, le public au mieux confond l’accessoire de la communication avec l’essentiel du message – il le fait encore plus aujourd’hui ; au pire, éduqué en simplicité, largement réduit de jugement, il écoute le tribun le plus bruyant.

Comme si cela ne suffisait pas à notre sort, il y eu l’avalanche. Puisque nous venions d’un monde où étaient cachées les choses de la guerre, on pensa vivre une révélation définitive quand elles furent dévoilées du fait du journalisme. Mais aussi vint l’ivresse et avec elle un endormissement supplémentaire du jugement : on eut brusquement plus d’information que de sagesse, et surtout plus d’information à chaque instant qu’on pouvait produire de sagesse dans le même temps.

Ce qui ressemblait à une brèche s’élargit en une inondation et fit flotter tous les navires, du plus prudent au plus orgueilleux, sans qu’on en distingue aucun dans l’espace occupé de la vie. On sait pourtant que l’Histoire humaine ne se fait pas dans l’instant, puisqu’il fallu toujours des dizaines d’années pour comprendre ce qui se jouait dans la guerre. Ici notre idéologie est celle du fait immédiat et de sa documentation. Je donne vingt ans à notre monde pour sortir du fétichisme de la donnée. En attendant, on écoute hurler Bouvard, on écoute murmurer Pécuchet.

Crédit image : Cornella

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s