L’éternel retour en pratique

EVlsPTZUUAAODhd

Il y a des fleurs partout,
Des oiseaux à tout moment à la fenêtre,
Il y a toujours le temps,
Elle se remet de la maladie,
Elle sort de l’hôpital sans boiter,
Elle peut parler,
Elle nous remercie un par un,
Personne ne pleure plus en cercle
Autour de son image,
On retire les fleurs de la pièce,
Les oiseaux n’ont plus
Ce chant incongru à la fenêtre,
Et je la sais assise derrière moi.

Crédit image : inconnu

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s