Hors-sol

Tod Campbell

Par les nuits inhabitées, je pouvais disparaître, et au matin quitter l’empire où fut construite ma veille. En guerre, je faisais mon métier, composant mon visage pour aller avec les harmonies de camaraderies nouvelles. Après quelques sympathies erronées, je ne commentais plus rien de contemporain. Cela aurait été avouer être du lieu, et créer quelque chose de familier à partir de rien. Je m’informais de comment c’était partout et la guerre toujours, priant que cette vérité me soit supportable jusqu’à ce que je possède assez du sol dont je devais partir.

Crédit image : Tod Campbell

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s