Diocésaine du plaisir

courage

Le coeur, notre fondateur, retrouve son chemin par l’ascension
A regret de l’âge dans la chair et qui toujours désire,
Quand la voix du concierge derrière la vitre s’épuise à expliquer
Qu’il ne garde rien des corps, et qu’il lave à grande eau le trottoir
Des pêchés invisibles de chez nous, les hommes passent
Avec l’air d’aller chez eux, et les femmes qui les attendent
Conservent une coquetterie derrière les portes ; et
Quand elles caressent ce qu’elles doivent, elles caressent
Ce qu’elles veulent, et font aller la messe, et font s’ouvrir le ciel.

Crédit image : inconnu

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s