Je suis du régiment de Champagne

J’ai disparu des anciens lieux,
C’était mon objectif de grand homme
Ayant des choses à dire sur comment s’enchainent
Les succès dès qu’on sait bien où l’on va
Et qu’on y va bien,
Mais la petitesse de mes pensées m’imposa
De rester cruellement visible
Et malgré mon apparent mouvement, je n’ai pour finir
Pas bougé d’un iota.
Sur le tableau des départs, entouré de camarades
De circonstance, croisant le territoire, je lis
Dans la langue des processions aéroportuaires :
“Men who gave up must go to the boarding gates”.
Je suis du régiment de Champagne,
Sympathique malfaiteur aux fidélités qui se renouvellent,
Je n’ai pas abandonné : je ne t’ai pas abandonné ;
J’imagine qu’on s’arrangera, et si on ne s’approche pas,
Il restera entre nous le pardon et la lumière du jour.
Mes complices en réalité sont pauvres, ils ont cette opinion,
Et m’ont maintes fois mis en garde.
Je les écoute avec attention désormais et
J’ai lu hier le texte d’une vieille femme qui s’adressait
A d’autres, vieillissantes ; elle ne leur disait pas
Que les choses s’arrangent, elle leur conseillait
De persévérer sans foi ni loi, ayant déjà toutes,
Enfanté l’avenir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s