Fadaises de marbre

EPs4dLwWoAAix9j.jpeg

Je regardais brièvement un ministre défendre une fois encore la laïcité dans une de ces émissions de grand ennui. Il parlait du combat qui s’était engagé contre le cléricalisme au début du siècle dernier, revenait à Aristide Briand, père de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

C’est trop court, c’est bien petit. Les Français ne savent pas leur histoire et quand ils s’y retournent il leur semble qu’un mur se tient juste derrière eux, qui leur empêche le parcours, qu’il ne faudrait surtout pas enjamber, et sur lequel est écrit l’ensemble du texte qu’ils doivent répéter sans cesse.

Car lorsqu’on défend la laïcité, on doit d’abord dire comment elle vient de plus loin et relève de cette envie si française de n’être plus le féal d’un tiers, fut-il de Rome.

On dit que la nation est née à Valmy, mais je mets dans la liste en premier le geste de Philippe Le Bel qui envoie son émissaire, le Chevalier de Nogaret, juger et violemment punir l’effronterie du Pape Boniface VIII en Octobre 1303, lui qui mourra littéralement de peur quelques semaines plus tard d’avoir contesté le pouvoir du roi de France.

Face à la Rochelle, je m’imagine Richelieu durement penché faisant le siège jusqu’à la capitulation politique des protestants, et la reddition du pouvoir contestataire face au Roi que leur avait donné l’Edit de Nantes. Il n’y aura pas d’Etat dans l’Etat en France, fut-il religieux d’origine.

Puis j’y ajoute la déclaration des quatre articles publiée en 1682 de Jacques-Bénigne Bossuet sous Louis XIV, établissant la primauté du pouvoir séculaire de l’Etat sur celui de l’Eglise dans le royaume de France. A l’époque on envoyait les fâcheux se faire foutre en plus de 280 caractères et c’est Bossuet qui s’occupait de l’envoi.

J’envisage alors l’abolition des privilèges de la nuit du 4 Août, et le transfer généralisé à l’Etat, puis à la bourgeoisie, des biens du clergé via l’inflation des assignats. Et enfin, seulement enfin, j’arrive à la loi de 1905.

La France est une nation de tissu Chrétien depuis le baptême de Clovis, mais on se trompe lourdement sur ce qui fait véritablement l’esprit français quand on ignore que, dès ce point, le pouvoir séculaire n’eut de cesse de se jouer de la religion et de prendre la main vis à vis du clergé.

Quand on fait référence à la laïcité en France, il faut avant toutes choses, voir comment la France, les Français, se voulurent de leur roi en premier lieu, de leur Etat ensuite, de leur nation enfin.

La laïcité n’est pas cette petite chose qu’on en fait aujourd’hui et qui ressemble à un « je préférerais ne pas” murmuré par un Bartelby gentiment de gauche face aux nouveaux barbus, mais plutôt le grand geste de celui qui de tout temps a vécu pour être à la hauteur d’un pays qui va son chemin, sans qu’on l’emmerde avec des fadaises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s