Le ciel était suffisant pour une volée de cloches

Rudolf Eickemeyer- Jr.- -The Summer Sea-- 1903.jpeg

Le ciel était suffisamment large pour une volée de cloches.
Et l’appel des religions à la gorge tendue résonnait
Pendant que le peuple élu murmurait dans sa barbe.
Les églises et les mosquées ne se furent trouvées
Dans aucun siècle sous une dialectique barbare ;
Par deux fois on détruisit le temple et on le laissa
A l’état de ruine, ayant enfin compris l’usage des ruines ;
On abandonna aux processions saoules le plaisir
De profiter des portes et des murs, le ciel était l’endroit
Où les générations curieuses finiraient bien rangées.

Crédit image : Rudolf Eickemeyer, Jr., « The Summer Sea », 1903

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s