Dès qu’on a dressé une pierre

IMG_3893.JPG

Dès qu’on a dressé une pierre, on y inscrit un espoir,
Qu’il prenne la forme d’une prière ou celle d’une epitaphe,
Celui de n’être pas oublié ou celui de se souvenir.
Le monolithe est la première technologie,
Erigée par les hommes mis à pousse et à tire
Et ouvrant le cercle des convocations magiques.
On deviendra nostalgique de toute entreprise,
Jusqu’au fait de programmer les machines,
Mais on ne peut se lasser de l’effort alchimique
Par lequel les pierres furent dressées.

Crédit image : Schuiten

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s