L’orge, quelque chose disparaît

Anna Hahoutoff, From series

L’enfant s’évanouit dans le champ d’orge,
Ondoyante émeraude par la bascule du printemps.
Le souvenir contient le rideau des tiges opiniâtres,
Contient l’excitation de mettre sa tête sous l’eau,
Contient les appels au diner de patience.
Rien n’arrête la disparition dans sa nature :
Là où vous êtes, attentif, quelqu’un disparaît;
Dans le futur foisonnant sur ses tiges ployées,
Quelque chose de vivant disparaît.

Crédit image : Anna Hahoutoff

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s