Sur l’alarme et le sommeil

Orkin.AmericanGirl_kpf.jpg

Je suis revenu dans ces rues à angle droit, dans
La ville viscérale qui fut l’objet de ta nouvelle famille.
Et je t’ai vue y marcher à nouveau vive avant d’y ressentir
Le poids infernal des choses. Nos sociétés sont
Bâties sur l’alarme ; nos familles sont
Construites sur le sommeil. Je voulais savoir,
Ne te trouvant plus, quelle attitude adopter face
L’indifférence des barbiers à la forme des visages,
Celle des médecins à la disgrâce des patients,
Celle des prostituées aux sommets des désirs.

Crédit image : Ruth Orkin 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s