La cathédrale intime

DcKQrAtU0AEQMEx.jpg-large.jpeg

Je construisais une cathédrale par son milieu,
Car j’avais commencé mon travail sur des fondations présentes,
Et j’établissais des murs qui me dépassaient à peine.
Dans mes rêves j’équilibrais des ogives
Puis perçais des vitraux sous leur arc.

La lumière venait d’idées précises
Mais surtout du monde réel qui vibrait. J’avais hérité,
Je transmettrai une moitié d’ouvrage.
Dans cette moitié il y aurait une querelle de gargouilles
Complotant par les mâchicoulis.

Les siècles accumulés faisaient de moi un débiteur
Dans une démocratie de créanciers.
En reculant d’un pas je voyais la petitesse de l’ouvrage
Quand j’y avais mis tout mon effet.

A la première inquiétude des pharmacies du coeur,
Je compris enfin que l’art servait d’abord à perdre son temps,
D’une manière qui ne veut distinguer entre
La main et l’esprit.

Je compris qu’il n’était pas possible de laisser une moitié
Afin d’entamer les réserves de la postérité,
Il faudrait tout laisser, mètre et gramme, songe ou pierre,
Pour finir nu comme le flambeau porté par un prêtre.

Crédit image : Kanye West

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s