La rebolica

dontwww-scarfolk-blogspot-coms.jpg

Dans la ville le gros Louis chancelle et tombe,
Toujours beurré du bon coté. Ce qui se cachait
Dans l’avenir n’avait prévenu personne, pas même
La cartomancienne gandoule se tenant le roseau
Tandis que le gros Louis rentrait chez lui par le carreau.
J’ai mis un temps tous mes oeufs
Sous le même chapeau, j’ai ramassé les épingles
Au jardin du Petit-Vichy : à chacun son alcoolisme.
Et quand je vois les familles avec grand effort bien tenues
Dans les rues de ma ville, j’entends la charge
D’une cavalerie de balles à blanc – Je ne crois pas :
Entre moi je pense avoir échappé à la fantasia
De ces bourgeois qui ne connurent qu’un statut.
Dans le sang de mes parents coule la rebolica
Et où que se repose le gros Louis, je patiente avec lui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s