Le mouvement perpétuel chez l’homme

800px-niels_bohr_albert_einstein3_by_ehrenfest.jpg

Parler de plus en plus fort et à mesure du coupable,
Et dire ici quelles révélations viennent des livres
Et celles qui viennent du corps par les voies du sang et
Par celles de la maladie. Jurer par la cataracte d’opinions
Qui rugit juste derrière le dos ; sourire semblant quand
Un parlement d’insectes confère dans son lopin de pixels.
Ma mère, je sonne le repli – mon père, je sonne l’hallali,
J’avais les opinions tranchées comme des fruits verts :
Oh, je finis l’année avec perplexité malgré les alleluias.
Et quand au douzième coup, une preuve supplémentaire
Sera donnée du mouvement perpétuel à nos gueux ravis,
Elle sera indistinguable de l’immobilité régnante.

Crédit image : Niels Bohr Albert Einstein by Paul Ehrenfest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s