Ulysse le fâché

Panait_Istrati_2.jpg

J’ai perdu mes deux reines,
L’une au jeu, l’autre en mer ;
Laërte mourra vieux,
J’ignore comment ma fille vivra.
Le chant des cheveux blanc
Délie mes bras du mat de misaine.
Quelle est la voile qui guidait Paul
Sur sa route maritime ? Voici :
La civadière, pièce carrée
Faite des pôles et de l’horizon,
Carrée comme la colère qui
Fait prendre une voie où
L’on s’arrête après la vie entière.

Crédit image : Panait Istrati

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s