Homme de bois venant au secours de la femme mutilée

DSC1849-Musee_du_quai_Branly_Nigeria_Statue_feminine_Ekotame_signe_de_protection Yannick Bénaben.jpg

Aujourd’hui quelqu’un m’a dit qu’elle avait fait le deuil
D’une situation normale et qu’elle
Choisissait l’inattendu. J’ai pensé avec elle :
Fends le bois, je suis là ; ouvre cette porte, c’est la tienne.
Et j’ai compris différemment la phrase de William Faulkner
Tirée du livre Si te t’oublie Jerusalem :
« Entre le deuil et rien, je choisis le deuil ». Choisis
Le deuil pour éviter que la vie ne patiente. Fends
Le bois pour embraser le temps qui reste. Franchis
Le seuil, c’était ta manière de vivre.

Crédit image : Statue Ekotame – Yannick Bénaben

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s