Un couronnement

DQd29mHVwAEC4V8.jpg-large.jpeg

Quand j’exige de ta jeunesse une providence
Elle m’attend comme une différence d’age,
Et jusqu’à ce que le ciel soit saturé de nuit
Il n’y a pas de plus grande affaire que la
Noirceur du roi David embrassant Bethsabée.
J’essaie de ne plus sous-estimer mon prochain,
Car je n’aime pas cette mauvaise surprise ;
Et je suis le seul ici qui porte mon nom.
Avec le temps les réponses se font rares
Et les questions muettes commencent à compter.
Ton fils est venu de nulle part arrêter le soleil
Sur un monde inhabité par ceux qui auraient pu,
Il y a dans son berceau un sceptre et un envoi,
Il règne sur toi, il répond durement à ma question.

Crédit image : Gennady Koposov

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s