Quand la musique était un danger neuf

IMG_2601.JPG

Après une querelle de cabaret, n’aimais-je plus la ville
Et c’était dans l’automne moite des familles
Quand à six heures, les rues sentaient la sueur des filles.
Avec elles se convaincre d’une quantité de bonheur
Etait facile, puis chacun s’arrangeait in fine avec son leurre.
Je me rassure, on ne peut pas se plaindre de la ville,
Il y a parfois des moments de grâce qui doivent
Tout aux hommes pressés lorsqu’ils défilent.
Ernest Renan reçut chaque année une lettre anonyme,
Probablement écrite de la main d’une femme,
Et sur laquelle n’étaient écrits que ces mots à l’encre noire :
« Attends moi, il y a un enfer ».

Credit image : Caillebotte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s