Un mikado en forme de bûcher

59a0887144679cb04851e3ef7d67c01659336239.jpeg

Rien d’important durant le jour ne bouge.
Mais quand vient le sommeil
Saisissez vous du crépuscule-à-huit-ans
Pris d’une pile sèche de frustrations futures.

Et quand l’ensemble est prêt à son embrasement,
Quand vous savez ce qui branle et bouge,
Le tocsin dans le ventre sonne
Comme un très puissant excitant du rêve.

C’est une fortune immédiate et fixe
De batons bariolés sur lequel fonder
Un commerce avec le même autrui.
Et le roi dort dans un lit lointain.

L’échange est d’acheter la passivité des tiers,
Or ici le commerce vise à la participation
De l’ensemble des sarments de l’esprit
Du passé au présent, pesant les uns sur les autres.

Crédit image : Raphael Marchante

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s