Fuir dès la comptée

IMG_2460.JPG

Je ne concevais de venir que seul et grave
Et j’avançais dans mes imaginations – vers toi
Qui dansait à demi-nue, ivre et décoiffée,  –
Allant le soir investir les lieux à la surprenante.

Il est arrivé que le temps soit suspendu
En un lieu quelconque et quelqu’un disait cinquante.
Puis, dès les préliminaires finis, le hareng eut sorti son sifflet,
Arrêtant le beau monde de la part du roi.

Mais la chair de poule est friable autant que celle des livres,
Et ménesse ou bagasse enseignent pareil empire.
Avec toi, je me suis hâté, avec les autres j’ai pris mon temps.

Premier novice à demander une lecture,
J’avais fui dès la comptée.

Crédit image : Aphrodite par William Adolphe Bouguereau 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s