La lumière sous la porte

Anthony Perkins in -The Trial- directed by Orson Welles- 1962.jpg

La lumière sous la porte perd de son attrait :
Je sais bien que ce n’est plus ma mère
Ni mon père qui marchent derrière.
Et même l’inverse n’est plus vrai,
Car ni mon fils ni ma fille ne s’interrogent
Sur la lumière venue de leurs villes excentrées.
Mais je veux bien m’imaginer des créatures inquiètes
Après la porte de ma chambre puis
J’en ferai une sorte de religion pour adultes
Forcés de quitter un jour leur enfance.

Crédit image : Anthony Perkins in « The Trial » directed by Orson Welles, 1962

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s