La sébile repoussée

15590499_1155124814602476_3765672970499558368_n.jpg

Pierres dures de la ville où j’ai gagné le premier sou
Manipulant les symboles de la libération d’autrui,
Je viens des piscines de province qui sentent le chlore
Aux crépuscules jusque dans les gorges serrées.
Cherche les passagers de ces impériales, je suis
Parti d’un pays sous les grêles de manne,
Cherche dans la machine qui connait toutes les réponses
Mais celle ci, dis moi, la connais tu ?
Connais tu la fin et le début, de tes brouillards
J’ai le souvenir d’une seule et même rue.
Arrivé, qu’est ce que cela veut bien dire, cette sébile
Jamais prise et bien tendue. Tu étais le maître ;
J’étais le maître à dix ans. Il y avait dans l’esprit
Une réponse qui vaudrait pour tout le voyage.
Si on a la chance d’être libre, prenons garde
Notre vie durant à la conspiration qui s’efforce
De nous faire abandonner le lieu de cette naissance.

Crédit image : inconnu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s