Voici ce que j’ai pensé : j’ai pensé à toi

IMG_1981.jpg

Tu laisses derrière toi une maison à moitié construite,
Des bâches qui faseyent sur les fenêtres bouchant la vue,
Une porte sortie de ses gonds, un gisant posé debout,
Une métaphore impayable.

Tu laisses derrière toi les années, la possibilité d’un métier,
La peur d’une fin contagieuse et les maladies analogiques.
Les autres s’emparent des critiques qui ne sont pas menées,
Elles ne disparaissent pas, elles insistent.

Les mots simples et durs, tu me les dis en route,
Et chaque mot est l’occasion de nommer un disparu.
Sur des plateformes, sur des impériales de transport,
J’ai pensé retrouver : le vin, le nom.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s