Diabolisons, il en restera toujours quelquechose

protest13.jpg

A la vitesse à laquelle se succèdent les ivresses d’élections improbables, nous serions facilement excusés d’avoir le vin triste ou gai suivant l’inclination de notre préférence politique. Je parle d’inclination et non d’intensité car le régime usuel ne connait plus que le chiffre mille sur le potentiomètre. Et depuis la fin d’une très brève période édénique, où un exhibitionnisme bénin servit de moteur à leur essor, les réseaux sociaux sont devenus le lieu du hurlement. Hurlements bien entendu, poussés en faveur du Bien, chacun ayant ses raisons comme le rappelle Jean Renoir, et c’est là le problème.

Soit dit en passant, voici je crois une des raisons pour laquelle un nombre considérable de gens ont dans chacune des équipes du moment, le vin triste. C’est que la plupart dans nos républiques repues, connaissent de la décence, la nécessité comme la douceur. Ils savent en particulier qu’aucun de ceux magiquement désignés à la vindicte ne valent le prix de leur indignation. Le péquin quand il a le ventre un peu plein, sent l’arnaque à cent lieues. Si il y a bien un nombre considérable de malfaisants, il ne suivent qu’une poignée congrue de leaders : être l’égal du Furher, c’est pas souvent et ça se mérite comme le rappelait Jon Stewart.

Cessons un peu de nous la raconter. La mécanique de la diabolisation est très répétitive puisqu’elle vise à empêcher la jubilation d’une intelligence libre : faites donc en premier la longue liste des défauts par laquelle s’éloigne votre sujet de votre modèle de vertu et amplifiez ceux ci. La recette ayant acquis une portée universelle, vous rencontrerez à coup sûr un partenaire prêt à vous renvoyer immédiatement la balle. Vous ne serez pas seul à jouer. Croyez moi, je sais. Et il faut disposer d’une force de caractère que je n’ai pas pour raccrocher l’écouteur afin d’éviter la stridence.

Chaque génération s’essaie à l’épique. Soumise à la croyance de vivre des temps historiques, elle croit souvent que la durée de sa vie verra la résolution – ou l’émergence – de problèmes cardinaux. Ok. Tout est possible certes, mais je paraphrase à peine Saint Augustin quand j’y ajoute que tout est improbable – rien ne dit qu’une inanité dure moins de quarante ans, voyez par exemple le concours de Miss France. Donc cessons un peu d’hystériser des choix politiques dont l’apparence cruciale reste une fonction très croissante de notre paresse intellectuelle.

Car c’est manquer singulièrement de vocabulaire de craindre l’arrivée d’un régime de Vichy – Tatchérien et puis quoi encore – lors de la désignation de François Fillon, c’est faire preuve d’absence de finesse de taxer Alain Juppé d’entrisme islamiste, c’est pousser le ridicule de traiter Manuel Valls d’autocrate brutal, ou de voir chez Emmanuel Macron le spectre d’un libéralisme bovin égal à celui pratiqué par l’école de Chicago. Forces intraitables du progrès moral, laissez un peu l’enflure aux vrais professionnels ! Je veux dire à ceux qui en font un commerce à marge confortable, front contre front, épée de Bolivar contre épée de Jeanne d’Arc, et rond et rond, petit patapon.

En temps de guerre, la coutume veut que l’on donne de jolis noms à des choses ignobles : « agent orange », précurseur de malédictions monstrueuses, « réunion sous les arbres », euphémisme de meurtre politique, etc. Vous noterez comme moi qu’en temps de paix l’inverse se produit, des termes abyssaux sont accolés aux choses banales. L’intention reste la même ; on ne change pas une équipe qui perd. Donc quand arrivent les redresseurs de Thor, je propose d’éloigner les clous et de leur demander de ranger leurs outils ; le débat – à l’instar de son corollaire direct, la culture – c’est ce qui existe quand on a remisé les marteaux.

Crédit image : inconnu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s