Le ressentiment qui vient

Lynn Davis- -Iceberg #33-- Disko Bay- Greenland- 2000.jpg

Voici comment, deux générations de choix après des faits,
Et depuis peu revenus au sol, l’ayant à la fois refusé
Et ardemment voulu, nous sommes redevenus
Le point d’appui de héros anecdotiques.
Je voulais dire après que certains aient laissé vide
Leur place comment la vie commence à compter
Quand l’homme se mesure en fraction de sa grandeur.
Car là est toute l’existence : le spectacle est entier mais
Le spectateur est incapable d’avaler le brouet.
Baudelaire et ses grands oiseaux macabres avaient compris
Comment la musique, puis le son allaient disparaitre
Dans les machines en premier, mais ensuite disparaître
Du bruit même. Le chiffre commencerait
En cette lacune, mais ce qui serait vociféré
Dans le silence bondé ne changerait jamais de nature,
Connaissant toujours des raisons de hair et toujours les
Mêmes raisons d’espérer qui sont autant de raisons d’oublier.
Il n’y a pas de nom pour ce qui persévère sans cesse
En lui même mais publiquement se travestit en son contraire.

Crédit image : Lynn Davis, « Iceberg #33 », Disko Bay, Greenland, 2000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s