A l’arrière des mariages

Mes années d’exil commencèrent dans la cuisine,
Elles continuèrent dans les maladies de l’enfance.
– Et quand j’ai dix ans on m’arrache un bouton ;
– Et quand tu en as quatorze on te crache dessus.

Mes années d’exil se déroulent à l’arrière des mariages
D’où je vois danser la mariée déjà délaissée.
– Et quand tu as tout dit de ton amour, tu n’as pas agi ;
– Quand j’ai penché ma tête, je lui ai fait peur.

Toi qui entre ici, souviens toi qu’il n’y a pas de victoire,
Mais seulement une fin à toute chose humaine.
– Quand je posais cette question, on me la renvoyait,
– Quand nous t’avons répondu, tu voulais d’autres mots moins durs.

Si j’avais su comment les choses finiraient,
Je n’aurais pas couru,
J’aurais insisté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s