The ability to purchase lumber

Un ouragan de famines vient des plaines de la sanglante Europe
Tourmenter les femmes sales qui mangent ;
Là, le sommet d’une grue qui s’est pris dans un nuage
Reste immobile tandis que les rues s’inondent ;
Elle évoque la cheminée de l’usine qu’elle aidait à construire.

On parle de fermer le ciel. Il y a peu nous étions malades,
Etre aisé se lisait à la capacité d’acheter du bois,
Ou de rentrer chez soi par un garage propre et vide.
Mais c’est la guerre à nouveau et les oracles
A la fois sont péremptoires et vagues ;

Dans nos échanges, il y avait des menaces,
L’armée russe avance en Ukraine tel un marque page
Dans un livre d’histoire fourbu,
Le paysan veut garder son cheval vivant,
Le soldat veut rentrer chez lui,
Le passager lointain redoute le chômage,
Et les ancêtres meurent jeunes,
Empoisonnés d’un mensonge.

Crédit image : Kandinsky

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s