Les quatre dettes de l’homme védique

L’homme séculaire est un homme à qui on ne demande rien. Il n’est pas exigé de lui qu’il se rende en un temple, qu’il adore un dieu de telle manière ; il n’est pas plus obligatoire qu’il vote ou qu’il se batte. Il suffit qu’il se taise, qu’il se comporte pour tout dire.

Cet homme est soluble dans la technologie puisque celle ci est avant tout l’apprentissage de la passivité. Quand elle atteint son point d’achèvement, elle permet de ne plus toucher le volant, et par raffinement de la technique, d’éviter les accidents de parcours, comme les choix.

L’homme séculaire n’a aucune autre dette que celles qu’il a créées au titre de ses élans succéssifs. Elles seront payées par les générations qui suivent – quand celles ci découvriront qu’elles ne détiennent que des pyramides d’obligations envers elles mêmes.

L’homme séculaire ne ressemble pas à celui qui viendra contester le calme et lui couper la tête. Cet homme ci reçoit dans des lieux communs une vie dont il n’a pas voulu ; il est quatre fois redevable : aux dieux, aux sages, aux ancêtres, et à ses compagnons. Son objectif est de rembourser l’ensemble avant de disparaître.

Crédit image : Mario Draghi – Luo Huanhuan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s