Ajustements légers pour un enfant parfait

Le spectacle vous plait, de ma jeunesse ? Moi, il me réjouit
Tel un souvenir dont j’échappe sans cesse.
Maintenant me voyez vous en une statue de tentations inassouvies ;
J’ai vieilli de la manière usuelle. Un enfant se perd toujours.
Un enfant réapparaît avec une mystérieuse blessure ;
Pendant le temps le plus court s’efforce de lancer un objet personnel
Au dessus du parapet de sa vie,
Avec une force démesurée, avec une folle intelligence ;
Puis part rejoindre le petit restant de galère avec qui il fricote,
Voierie ! Ce mois de cinq dimanches par lequel je vais
Permet la joie dans un ordre d’avidité et de cohue.

Crédit image : Daniel Amzallag

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s