Conversation, une main attachée dans le dos

A la fin, plus assez de neige, plus assez de chevaux,
Une armée de maintien convaincue dans la nature ;
Nos combats valaient-ils que l’on se fâche entre frères,
N’allions nous pas arriver au même résultat,
Et dans presque le même temps ? Non.

D’autres peuples avaient fait l’expérience de la révolte
Sachant qu’ils pouvaient du fait de leur camouflage
Adopter les méthodes de la guérilla plutôt que
L’immobilisme de la guerre de tranchées ;
On a interdit l’invisibilité aux enfants, ce crime reste impuni.

Alors dans les manifestations les poings se lèvent,
Mais j’entends aussi rire les dieux,
Dans les couvre-feux je vois les dieux patrouiller
Deux à deux, le coffre encombré d’un arsenal
En caoutchouc et en bois, d’électricité et de gas.

Héraclite dit, les dieux sont tournés vers la mort des mortels,
Héraclite dit, la vie des dieux est le meurtre des hommes,
Mais les dieux aujourd’hui sont plus modestes,
Ils tiennent fermement la main de l’homme
Attachée dans le dos de l’homme lorsqu’il débat.

Crédit image : Clem Albers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s