La jeunesse jette des dés infinis, arrondis comme des billes

_FIO0044

La jeunesse jette des dés infinis, arrondis comme des billes,
Et qui rapidement s’ornent de facettes, comme le Temps et l’usage
Brisent une à une les infinies symétries de leur naissance ;
Le joueur forcé alors passe d’un dé aux millions de faces,
A ceux plus simples et qui servent aux paris quotidiens,
Peu à peu réduit au jeu de pile ou face. Le dernier dé, lui,
Ne se jette pas, il se garde en main et ce n’est plus qu’un point,
A la symétrie nulle, de miroir sans reflet d’homme.

Crédit image : inconnu

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s