La religion et le risque

Ed Freeman copy.jpeg

Notre discussion est partie d’une opposition. Je défendais l’institution scientifique qui fait gagner du temps contre la notion d’une expérimentation plus libre. Je maintiens que la science moderne gagne du temps quand elle procède systématiquement. Mais ce n’est en réalité pas toujours vrai. Ou plutôt ce n’est vrai que statistiquement. Il existe des évènements exceptionnels, des “miracles” de la science. Et il est donc possible de gagner du temps par des expérimentations hors cadre.

En clair cela veut dire qu’entre deux méthodes, dont l’une est capable de nous amener plus rapidement à un résultat inattendu avec une probabilité faible, et l’autre nous fait progresser plus lentement mais avec une probabilité de succès plus forte, nous choisissons toujours la seconde. Notre débat réel ne portait donc pas sur une appréciation des mérites relatifs de méthodes scientifiques. Il portait sur le fait que le confort intellectuel, toutes choses égales par ailleurs, réduit notre appétit pour l’incertain, c’est à dire le miracle.

Nous préférons la méthode lente et sûre pour trois raisons, la première honorable et les autres moins. Tout d’abord, c’est ce qui marche en moyenne ; pour les découvertes moyennes, nous gagnons du temps presque toujours. Ensuite nous la choisissons aussi car nous sommes incapables de justifier à nos yeux les dépenses et dégâts qui pourraient être encourus d’avoir pris le risque du miracle. Enfin nous la choisissons par orgueil, celui de penser que du fait qu’elle ait fonctionné et créé ses institutions, sa remise en cause est idiote.

Je voudrais maintenant parler de ce qui vient en amont de ce choix. Dans le cadre d’un calcul rationnel, il nous est impossible de justifier la méthode risquée, car nous ne disposons d’aucune transcendance pour compenser le risque pris. Nous ne pouvons par exemple pas dire : il s’agit de prendre plus de risque, car nous sommes en chemin vers un monde infiniment meilleur, et l’important est d’y parvenir au plus vite.

Dans un monde où l’histoire n’a pas de sens, il n’est jamais raisonnable de choisir la vitesse plutôt que la prudence. En revanche dès que l’avenir est un lieu de signification, comme celui de la réalisation d’une promesse, les forces de progrès s’animent pour le faire advenir au plus vite. La Chine donne un exemple assez intéressant d’une sacralisation séculaire de l’avenir. Cependant même elle, sans renaissance spirituelle, connaîtra une descente bourgeoise dans le confort intellectuel. Arrivée à ce point, elle rejoindra la cohorte des pays qui préfèrent les méthodes lentes et sûres.

Voilà maintenant l’hypothèse paradoxale à laquelle j’arrive : les religions messianiques sont les alliées objectives de la prise de risque, le système séculaire est celui de la prudence. Un exemple singulier me revient en tête en écrivant ces lignes. Au XIIIème siècle le Pape Innocent IV condamne l’usure du fait du risque que les riches cessent d’investir dans “des activités moins sûres”. Il en conclut que le taux de l’usure ne peut dépasser un certain niveau. A cette époque, l’église était l’avocate du risque.

Nous avons changé de paradigme, le principe de précaution s’invite jusque dans la Constitution. J’y vois d’ailleurs un des principaux moteurs de la montée d’une idéologie de la décroissance en Occident, comme résultat direct de la déchristianisation de nos sociétés, et plus généralement de la perte de toute perspective eschatologique. La décroissance est le sommet de la prudence, ou pour le dire autrement, la conséquence du vide messianique.

Crédit image : Ed Freeman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s