L’adieu au baiser

EShxjFcXgAAjDXJ.png

Voilà notre guerre qui vient, l’adieu au baiser,
Qu’il fut caché derrière un masque ou bien s’étant éloignés.
L’arrêt des transports en commun vient à point,
Dans un pays Européen, dès le dixième jour, surprend.
Les gouvernements avant de séparer chacun
Demandent deux choses à la population :
Restez calmes et lavez vous les mains,
Ce sera deux fois pire après-demain.
Un processus exponentiel d’abord n’est rien
Et cent tours après occupe le moindre recoin.
Dans l’homme, il y a des cicatrices sérologiques
Qui s’accumulent dans les deux milliards de battements
De coeur qui font sa vie. D’abord ce furent des peurs,
D’abandonnés dans les fosses comme les chiens,
Ensuite furent, le baiser fraternel de malades anciens.

Crédit image : Gabs

Une réflexion sur “L’adieu au baiser

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s