Le pain était à l’abandon

EL58wtLWkAABJ0W.jpeg

En cette période entre Noel et le jour de l’An
Qu’on appelle en France trêve des confiseurs,
Comme s’interrompt une guerre, j’entends crier
César, César !
Par un maitre qui veut son animal au pied.
Les empereurs de jadis savaient-ils
Qu’ils donneraient leurs noms à nos chiens ?

Par les chiens qui aboient, il y a trois ans
Je me souviens comment
Le pain était à l’abandon, et la vie paraissait
En suspension, quand j’étais au chevet.

Les graveurs mettent sur le bois
Le coeur en creux et pensent avec le noir
Comme une matière laissée intacte.
La maladie s’appelait d’un nom insensé,
Nous jouions au jeu de la connaître
Rentrant dans la bouteille et tirant en extension
Dans le purgatoire du point.

Crédit image : François Truffaut – photographe inconnu 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s