Mise au singulier des ténèbres

DsafWDmXcAAJI77.jpg-large.jpeg

Je n’avais pas compris à vingt ans,
L’inquiétude méditerranéenne ;
Je n’avais pas compris non plus la joie
Des intervalles séparant les angoisses.
N’avais je pas vu qu’il y avait
Moins de commencements que de fins,
Du fait d’une loi pentue de la physique.
J’étais cruel et j’ignorais l’effort constant
De mise au singulier des ténèbres.

Crédit image : Trent Parke

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s