La dignité, ai-je pensé

004-james-manatt-theredlist.jpg

Pain du souvenir qui se mange lentement,
La solitude qui me parle longtemps,
Vent avant qui fait vibrer les haubans,
Tout se passe dans la pièce fermée à temps.

La dignité, ai-je pensé en entrant dans le lieu,
Chanson du temps passé à nous connaître,
La fraternité ai-je dit à voix haute et j’ai dit
Je suis inscrit aux deux et ne participe à rien.

Car on a plus besoin de posséder à Paris
Depuis l’an de grâce 1662, date où roulèrent
Les carrosses à cinq sols et voici leurs routes,
Faubourg Saint Germain, la Bastille, le Petit Pré.

Et j’avais grandement tort car toutes les positions
De la jeunesse étaient ouvertes comme des tombeaux
A sans cesse les remplir du clos au couvert, de la santé
A la cuillère, de l’intelligence au désarroi.

On fait au besoin des dégâts entrant dans
L’existence, on renverse la table la plus lourde,
Et la capacité de produire un bonheur insigne
Est la dernière dignité des bonimenteurs.

Crédit image : James Manatt 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s