Sur le chemin des mules

Lick_Observatory-West_Front.jpg

Montant vers l’observatoire Lick,
Toutes les pièces d’abord
Acheminées par les bêtes
Dans une pente inférieure
A six pour-cent, je m’y prends
A deux fois pour gravir les
Seize miles de lacets
Arbitrant détour et dénivelé.

Quand j’y peine je pense d’abord
A la solitude qui me rend
Vulnérable aux crampes,
Puis par l’âge, à d’autres afflictions
Plus définitives ; la question
Devient plus pressante de savoir
Quelle est la vie bonne,

Celle qui débarrasse le cycliste
En sueur des évènements.
Tout ce que je laisse dans la montée
Je le retrouve au retour
Changé en réponse à
A la question posthume posée
Sur le chemin des mules.

Crédit image : Lick Observatory

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s