Contes de la fausse nouvelle & de la vertu

1024px-The_Taking_of_Christ-Caravaggio_(c.1602).jpg

Un jeu qui fait morveux, un état des lieux de la charrette
Et des plaines à parcourir en ambulance,
Les personnages, les personnes, et
Le fleuve qui produit ses charognes à la manière
D’un prestidigitateur indifférent,
Durant ces années – tous à retenir notre souffle
Puis – à respirer en cadence dans la course
Contre la vertu gigantesque qui s’évertue
En s’imaginant nous laisser pour morts.
La presse raconte les faits venant d’une hypothèse
Les images sont toutes des appels au peuple
Et la meilleure option est de quitter la pièce ;
Non pas de vivre plus, non pas de vivre mieux,
Mais d’ouvrir les livres écrits par les hommes anciens
Avec leurs anciennes nouvelles pour bouclier.

Crédit image : Le Caravage – l’arrestation du Christ.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s