La nation

DHTaFNOXoAAMXax.jpg-large.jpeg

La nation a mauvaise presse. Elle ressemble de loin à la guerre et quand on s’en approche on n’y voit que des hommes dans leurs particularités jalouses. Dès qu’elle est évoquée, l’idée trace une frontière arbitraire entre le dernier admis et le premier laissé.

Pourtant il y a bien des citoyens et cette citoyenneté a été, pourrait être, devrait être, partout une fraternité de bâtisseurs. J’ai en mémoire les bribes du discours sur la nation d’Ernest Renan, comment ce qui fait une nation c’est « avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore ».

Nous ne lisons plus systématiquement ces textes frappés du soupçon de n’y pas savoir en son sein où commencent et finissent les idées chrétiennes « devenues folles ». Nous y opposons l’Europe comme si la nation ne pouvait être aussi vivante en cette assemblée de volontés.

On est idiot, on est rapide. J’ignore d’où j’ai appris que les derniers mots d’Ernest Renan furent ceux-ci « Ôtez ce soleil de dessus l’Acropole ». Oui, ôtons donc les soleils qui nous éblouissent : il y a bien une acropole à construire quand bien même nous serions plongés dans la nuit. Il y a bien une assemblée d’hommes qui sont d’une même nation pour la seule raison de leur adhésion à l’oeuvre.

Crédit image : Mauldin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s