Long courrier

Bruce Davidson- -Welsh Miners-- Wales- 1965.jpg

Cette caravelle de série navigue par arcs
Dès qu’elle fut sortie des griffes parallèles
Du terminal – je me souviens qu’on retrouva
Sous la pierre de Roissy, le corps inerte
D’une femme sans passeport morte dans l’écroulement –
Même quand il nous extrait puis nous sauve,
Chaque navire est un monument qui nous trie.

C’est ici la nuit qui tourne valant deux fois moins
Que sa durée au sol, et je remonte les rangs
A partir des gisants de la classe affaires,
Les yeux couverts aux masques tous pareils,
Eux qui dorment désarmés mains croisées sur le torse
Le corps entouré d’offrandes qu’ils se firent à Terre ;
Nous voudrions tant qu’il y ait un mystère.

J’ai des connaissances dans la classe économique
Et des intérêts dans la soute, mais ce n’est pas ainsi
Que le peuple patiente. A la lumière des lampes il attend
Plutôt le corps cassé en deux sur les distractions
Offertes par nos pharaons choisis démocratiquement,
Eux qu’ils accompagnent au ciel comme un bétail d’offrande
Pris dans la pyramide des prix et des quantités.

Crédit image : Bruce Davidson, « Welsh Miners », Wales, 1965

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s