L’enfance débute au premier souvenir

3.jpg

Toutes les leçons de l’herbe coupée
Tous les genoux couronnés de toutes ces soirées
Aux crépuscules interminables.
Tous les repas considérables que j’avais
Avalés sur les terrasses,
Toutes les machines au travail
Dans l’unique patrie de l’enfance.

Toute l’incertitude d’être aimé,
Toute la certitude de l’être
Contenue dans tous les entiers
Qui s’égrènent en récompense.
Toutes les rencontres où tout est oublié ;
Mais si moi je me souviens, l’un d’entre nous
Au moins le sait.

Et toutes les pleurs, toutes les prières,
Et tous les hommes dans leur quarantaine.
Tous les Français avec chacun leur rêve de fortune,
Quand tout ce qui fut nécessaire,
Etait disponible dès le premier souvenir
Au début de l’enfance et de ce qui s’en suit.

Crédit image : Erwin Olaf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s