Des bateaux de rivières

Jérôme Pin.jpg

Les années qui s’annoncent sont des bateaux de rivières
Forcés de prendre la haute mer, notre vie de désir entre les rives
Passe à l’humeur hauturière et de l’horizon ne suive
Les routes circulaires de l’océan : le grand maintenant.

Enfant, les trajets sans distractions paraissaient interminables
Car le temps se déroulait avec lenteur, un invisible passant ;
Puis est venu celui de mettre planche contre planche,
Clou avec clou, créer l’étrave, créer la proue
Sous une nouvelle mesure qui s’est nommée salaire.

Et ce temps finit-il aussi et il reste la comédie solitaire
D’être choisi par son successeur, ainsi
Quel genre de vide, quel genre de mer, quels déserts
Est-il tentant de traverser pour y trouver un sens,
Quand celui ci résidait dès l’origine
Dans l’inadéquation du navire avec la nature du voyage.

Crédit image : Jérôme Pin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s