Le jour est fait d’un enchainement d’obligations humaines

W08XNdY.png

Le jour est fait d’un enchainement d’obligations humaines.
Je construis mon occupation par affairement à ces choses diverses.
Mais dans les temps morts, j’ai pris l’habitude d’habiter mon silence.
Je suis ce chauffeur de bus qui roule au chagrin, un vers à l’esprit.
Je suis cet écolier distrait qui apprend à voir la splendeur partout.
Mes moyens sont considérables depuis qu’on m’a donné à voir ces banalités,
J’apporte à la beauté, au moins essayais-je de ne pas retrancher à la somme du monde.
Cela fait de moi un conservateur, et pétri d’une nostalgie tournée vers mon objet central,
Mon téléphone se révolte, je réponds puis je fais un calcul qui n’ajoute rien.
Et quand le jour m’épuise, parmi les souvenirs, je retiens un mot qui rime avec un autre,
Une manière de dire à celle qui m’a ému la distance
Qui me sépare de son oubli.

Crédit image : Twin Peaks

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s